Le clan Takeda

Pas d’erreur, c’est Takeda.

L’origine du clan Takeda (武田氏, Takeda shi) remonte à la période Heian (794–1185). A l’époque, pour limiter les histoires de famille à la succession, certains empereurs écartaient une partie de leur pléthorique descendance en leur accordant diverses compensations pour faire passer la pilule. Certaines branches de la noblesse sont donc directement apparentées à l’empereur tout en n’étant plus considérées comme faisant partie de la famille impériale.
Parmi ces compensations, l’empereur Saga (809-823) accorde le premier le surnom de Minamoto à certains de ces rameaux qu’il élague. Selon la lecture du kanji 源, les branches 源氏 seront par la suite connues comme le “clan Minamoto” ou les “Genji”. D’autres empereurs encombrés de branches surnuméraires enrichiront les Minamoto de leurs rejetons, chacune des lignées prenant le nom de l’empereur assorti de la dénomination “Genji”.

Le clan Takeda prend ses racines parmi les Seiwa Genji (清和源氏) qui descendent donc de l’empereur Seiwa (858-876) par le biais de Minamoto no Tsunemoto (源経基, 894-961). Les Seiwa Genji deviendront la plus puissante lignée du clan Minamoto. Le petit-fils de Tsunemoto, Minamoto no Yorinobu (源 頼信, 968-1048), fonde à son tour la lignée des Kawachi (河内源氏, Kawachi Genji), du nom de la province qu’il dirige.
Le petit-fils de Yorinobu, Minamoto no Yoshimitsu (源 義光, 1045-1127), est nommé à la tête de la province de Kai (甲斐国) qui deviendra le berceau de la famille Takeda. Son fils, Minamoto no Yoshikiyo (源 義清, 1075-1149), fonde la lignée des Kai Genji (甲斐源氏) et prend le premier le patronyme de Takeda (武田義清), du nom de son domaine.
Tout ce qu’il y a à savoir de l’histoire du clan et de ses membres se trouve ici.

Détail que connaissent les amis et potes qui me lisent mais qu’ignore sans doute le lecteur lambda, ma chère et tendre Yumiko est une Takeda, 武田 夕美子 de son petit nom.
La grande question que tout le monde se pose est la suivante : cela fait-il de moi ou de mon éventuelle descendance les héritiers du trône impérial ? Du tout. J’aimerais bien mais non. Déjà, parce que dès le début, j’ai dit que les branches concernées étaient écartées de la succession. Ensuite, parce que le nom de Takeda a beau être répandu au Japon, tous ceux qui le portent ne sont pas apparentés à ce clan prestigieux. De la même façon qu’en France, il ne suffit pas de s’appeler Bourbon pour être de sang royal et prétendre à la couronne. A l’inverse, les Takeda ayant accouché d’un certain nombre de lignées qui ont changé de nom, on peut donc très bien avoir un lointain lien de parenté sans porter le fameux patronyme.
Donc oui, Yumi est bien une Takeda par le nom. Et non, comme Serge Karamazov, aucun lien de parenté.

Ce contenu a été publié dans Culture et civilisation, Yumi. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.