Questions HD : Monsieur 3D

Bon, là, il est en 2D...

Bon, là, il est en 2D…

Après Le Fossoyeur de Films et Durendal (et accessoirement Bibi), j’accueille “aujourd’hui” l’ultime larron de mon trio de youtoubeurs préférés : Monsieur 3D.
Dans mon cas, ce sera 3D comme “Désolé Du Délai” pour la publication d’une interview réalisée… début janvier 2014. Mes plates excuses (tellement plates qu’elles ne risquent pas de porter du bonnet D en guise de soutif).

“Reviews de films pourris”, dixit le descriptif de la chaîne. Lapidaire, mais n’est-ce pas logique pour des films qui se font allègrement caillasser ?… De Spiderman 3 à Men In Black 2 en passant par Supergirl, Vercingétorix et plein d’autres, voilà une playlist alléchante dans sa catégorie.
Commentaires pertinents sur un ton impertinent… ou l’inverse… humour à gogo et vannes dans tous les sens… et surtout une putain de salle de projection qui donne son sens le plus littéral à l’expression home cinema ! Monsieur 3D, c’est tout ça mais pas que. Quand Monsieur 3D tire sur l’ambulance de ces films notoirement pourraves, il y a va carrément au lance-roquettes. Il reconnaît volontiers être de mauvaise foi, exagérer, mentir, parce que, comme il le dit lui-même, “le but de mes reviews, c’est uniquement de se marrer”. Au point d’aller jusqu’à faire la review de sa propre chaîne avec beaucoup d’autodérision.

Retrouvez-le sur YouTube, Facebook et Twitter.

On démarre par une question facile. Sais-tu dire Monsieur 3D en japonais ?
Je tente le fameux 3D-San, sans convictions. J’ai bon ?

Tout bon, 20/20. Es-tu déjà allé au Japon ?
Jamais allé. Mais évidemment que j’aimerais. Tout le monde répondrait oui à cette question. Je pense que ce qui me plairait le plus, ça serait de faire ce que je fais à chaque fois que je vais dans un pays étranger à la culture tellement marquée par une certaine vision occidentale/française : aller en dehors des sentiers battus touristiques. C’est ce qu’il y a de plus marrant. Te retrouver là où y’a rien d’écrit dans le Guide du Routard.  Je connais des gens qui y sont allés, y’a des tas de choses à voir. Y aller une fois ne suffirait pas !

Je confirme. Un point de la culture ou de la mentalité japonaise que tu apprécies ? détestes ? qui te laisse profondément perplexe ?
De manière générale, ce qui est passionnant c’est de constater à quel point les chemins pris, par rapport à la culture occidentale, ont tellement été éloignés au fil des siècles, tout en partant de la même base. Tu peux remonter vachement loin dans les deux sens pour constater à quel moment l’un ou l’autre a pris telle ou telle direction, et tu rends compte que y’a toujours des dénominateurs communs (de manière absolue, on est tous partis d’une découverte de l’écriture, de l’apparition d’une croyance divine etc.). Avec le Japon, ce qui est dément c’est le fait que les époques n’ont pas été les mêmes. On n’a pas suivi les mêmes périodes, pas découverts les mêmes trucs à la même époque. Je pense que ce qui est le plus marquant, dans ces différences, c’est le rapport à la mort. Tu te rends compte que y’a toujours des faits divers au Japon, de mecs qui se font Hara-Kiri parce qu’ils ont été virés de leur boulot ? A moins qu’on nous mente, Haha !

Tiens, sur ce rapport à la mort, je te conseille La mort volontaire au Japon de Maurice Pinguet. Tant qu’à parler bouquins, lecteur de mangas ? de littérature japonaise (classique ou contemporaine) ? collectionneur d’estampes ?
J’ai eu ma période Manga, comme tout gamin de ma génération (les années 90 mec). Je suis un énorme fan de Kouta Irano (ou Kota Irano, ou 平野 耕太 pour se la péter.)
Au niveau classique, y’a les romans Monogatari, évidemment, mais auxquels je ne touche pas vraiment. Autrement, je suis un immense admirateur de Hideyuki Kikuchi, le créateur de la série des Vampire Hunter D. Ce type est le Lovecraft japonais.

Si ces choix de carrière s’offraient à toi : samouraï ou ninja ? sumotori ou geisha ?
Samouraï, direct. Les ninjas ne sont que des assassins. Le Bushido, y’a que ça de vrai ! Entre sumo et geisha, le choix est ici cornélien !

Si tu devenais yakuza, quel motif de tatouage choisirais-tu ?
Aucun ! Je serai le premier Yakuza sans tatouages, et serai le Boss ultime de tout ce petit monde, le mec ultime, justement parce que j’en ai pas. Un peu comme un gang de bruns dont le patron est blond, c’est ça qui fait toute la classe !

Ça me rappelle un gang de blonds dirigé par un brun dans l’Allemagne des années 30-40… Sais-tu manger avec des baguettes ? préparer les sushis ?
Baguettes, oui, de façon relativement discutable. Les sushis, mon père sait en faire. Mais j’ai jamais été fan de poisson cru pour tout te dire, ce qui pose problème. J’ai entendu dire qu’un certain individu savait faire des sushis avec du poulet, et je compte bien vérifier la véracité de cette légende.

Je vois de qui tu parles. Il m’a avoué son hérésie sushiesque. Un jour, ça le rattrapera…
Pratiques-tu ou as-tu pratiqué un art martial ? Si tu devais en créer un, tu le baserais sur quel concept ?
Non, jamais. Le concept que je préférerais serait celui de pouvoir sauter partout, et passer à travers des trous minuscules !

D’accord, d’accord… Je sais pas ce que tu prends, mais c’est du lourd. Si on te donne un katana, quelle est la première chose que tu découpes avec ? Ce faisant, que crierais-tu : “par le pouvoir du crâne ancestral, je détiens la force toute puissante”, “il ne peut en rester qu’un”, une incantation tonitruante de ton cru ?
Je découpe une pastèque, comme dans la démo de Metal Gear Rising. Et je hurle la devise des Highlander, évidemment.

Tu étais à la Japan Expo l’été dernier, as-tu eu l’occasion de visiter un peu la vitrine déplorable du Cool Japan que (re)présente l’expo ? Tu seras de la prochaine en juillet 2014 ?
J’y vais tous les ans depuis 2007 il me semble, mais aujourd’hui, je ne suis plus trop dans la culture manga, et il n’y a plus les Mangakas qui m’intéresse là bas. Ça va faire des années que je ne vais plus à la Japan pour la Japan, justement, mais pour la Comic Con. Je serai à la prochaine, comme chaque année. Mais j’ignore encore si je serai sur un stand cette fois.

Dans ta culture de cinéphile, quelle place occupe le cinéma japonais ?
Il occupe une place rien que pour lui, dans une salle spéciale avec un panneau sur la porte “ne pas entrer, en cours d’excavation”. J’ai en effet, beaucoup de choses à rattraper sur ce cinéma, à mon grand dam.

Le ou les films d’animation qui t’ont le plus marqué ? Même chose avec les séries d’animation ?
Eh bien revenons sur Kikuchi (Il suffit avec Miyazaki, tout le monde a déjà dit 200 fois ce qu’il y avait à dire dessus). Son œuvre a été adaptée en deux films : Vampire Hunter D (de Toyoo Ashida) et Bloodlust (de Kawajiri). Ce dernier est passionnant dans sa forme, étant donné qu’il s’agit d’une production américano-japonaise. On peut voir les deux pâtes se mélanger, et ça donne un résultat trop peu exploité. C’est l’une des meilleures histoires de vampire que j’ai pu voir (oui Monsieur !), tout en se plaçant dans un univers post-apocalyptique, très néo-noir. Un thème qui m’est très cher.

Les dessins animés japonais de ton enfance ? Le héros de DA que tu voulais être quand tu serais grand, c’était qui ? Une héroïne qui te faisait fantasmer étant gamin ?
Eh bien aucun ! Quand j’étais petit, j’étais plutôt un énorme fan d’animation américaine. Le fameux Cartoon. C’est un autre débat.

Une série animée que tu aimerais bien voir adaptée au ciné en animation ou en live, ou que tu aimerais bien adapter toi-même si on t’en donnait la possibilité ?
Un film Hellsing, ça serait le pied absolu. J’ai déjà moi-même réfléchi à la manière de le mettre en scène, dans mes jolies dérives de somnolence avant de m’endormir. Mais je pense que ça serait difficilement adaptable avec de vrais acteurs. De manière générale, adapté un concept de Manga/animé en Live est presque impossible, ce sont des formes bien trop divergentes.

Au vu des résultats (Inspecteur Gadget, Cat’s Eye, Transformers, GI Joe…), ouaip, y a des transitions d’un support l’autre qui gagneraient à être évitées. Toutes en fait.
Les films japonais qui t’ont le plus marqué et pourquoi ?
En voilà une question lourde et presque impossible à synthétiser ! J’aurai envie de te répondre un grand classique, à savoir l’œuvre de Kurosawa. J’ai découvert son Chien enragé assez jeune, et ça m’avait beaucoup marqué.

Associe un adjectif à chacun des titres suivants : Godzilla, Mononoke, L’Empire des Sens, Goldorak, Albator, Hana-bi, Akira, Zatoïchi, Avalon, Azumi, Audition, Ring, Perfect Blue, Dark Water.
Très bien, je joue le jeu.
Godzilla : Impressionnant (version de 54).
Mononoke : Mûr.
L’Empire des Sens : Révélateur.
Goldorak : Pas vu.
Albator : Manque à ma collection.
Hana-bi : Onirique.
Akira : Classieux.
Zatoïchi : Pas vu.
Avalon : Pas vu. :p
Audition : Déroutant.
Ring : Monstrueusement frissonnant.
Perfect Blue : Pas vu (j’enchaîne là, j’enchaîne).
Dark Water : Légèrement moins monstrueusement frissonnant.

Les classiques japonais que tu n’as pas vus et qui selon toi manquent à ta culture ciné ?
Ben déjà, ceux de ta liste précédente que je n’ai pas vu. :p. J’ai un ami, un énorme fan de cinéma japonais (et asiatique, par extension), qui m’a fait une liste de 3 pages. Elle est quelque part sur mon bureau.

Le(s) réalisateur(s) japonais que tu apprécies le plus et pourquoi ?
Mais ces “pourquoi” sont affreux ! Car au final, je pense qu’en tant qu’occidentaux, on est soumis à une certaine vision, surtout culturelle, qui va jouer sur notre appréhension. On va aller rechercher dans le cinéma japonais ce qu’on ne trouve pas dans celui de chez nous. En l’occurrence, ce que j’aime le plus c’est cette capacité qu’ont les réals nippons à peindre des émotions rugueuses. Ils savent parler de la famille, du relationnel entre homme et monde extérieur, de façon large mais très intelligente. Chose sur laquelle on titube beaucoup par chez nous. Les Sud-coréens sont très doués pour ça aussi, notamment. Ma méconnaissance du sujet ne me fait pas prendre de décision sur mes réalisateurs préférés.

Les “pourquoi”, c’est une manie de prof… Dans un autre genre de cinéma, de la filmo de Katsuni, ex-Katsumi (qui est d’origine franco-vietnamienne mais on s’en fout, elle a un pseudo à consonance nippone), créditée de 311 titres sur imdb, combien en as-tu vu à la louche ? Même question avec Kō Masaki et ses 253 titres ?
Ahah. Tu veux qu’on parle franco ? J’ai presque rien vu de Katsuni. J’ai jamais trop aimé son “approche”, et je trouve qu’elle exagère exprès son accent : genre “doo yiou laike thaate ?” Je connaissais pas Mazaki, j’ai tapé dans Google, et permets moi de te répondre : on ne m’y reprendra pas !

Ton avis sur le Japon passé à la moulinette hollywoodienne ? (Les Sept Mercenaires, Le Dernier Samouraï, Godzilla d’Emerich et celui qui va sortir, le fiasco de Kitano avec Aniki, l’immonde Mémoires d’une Geisha – non, non, la question n’est pas du tout orientée)
On sent que tu veux régler tes comptes ! :p
J’ai un avis partagé. C’est très compliqué et il faut faire la part des choses. Le cinéma grand public trouve ses limites dans l’apport culturel du spectateur. Ça en est même le principe. Quand tu connais ton sujet à fond, un film grand public sur le thème concerné te paraîtra toujours comme une approche superficielle, dû à tes connaissances personnelles. Ce n’est pas pour autant qu’on ne peut pas l’apprécier pour sa vulgarisation, et se laisser emporter. Je vais te prendre l’exemple du Dernier Samouraï. Je l’ai vu quand j’étais très jeune, et il m’a complètement happé (jai versé ma larme à la fin, sur la musique de Zimmer). Plus tard, ce film m’a énervé puisse qu’on peut y voir, comme toujours, une survalorisation du héro occidental (Tom Cruise qui devient un guerrier en 3 mois et tranche des ninjas entraînés toute leur vie, tranquillou). Mais ce n’est pas pour autant que je ne vais pas l’apprécier (et la thèse du héros américain est elle-même discutable). C’est avec des films comme ça justement, que tu poses un point de départ pour le grand public, et lui donne envie d’aller voir du côté de la “soupe originelle”. Enormément de gens se sont tournés vers Les sept samouraïs, justement après avoir vu la version de Sturges.
Pour le Godzilla d’Emerich, je l’ai apprécié quand j’étais gosse. Aujourd’hui, il fait parti des films qu’on me demande tout le temps de faire en Review. Avec le remake qui arrive dans quelques temps, ça serait peut être l’occasion, qui sait… mais chut.

Fan ou pas fan de : a) nanars avec des ninjas ; b) nanars martiaux (Vandamme, Seagal, Norris) ; c) hentaï ; d) ce que j’appellerai faute de mieux les films “délirants” (genre Big Tits Zombies, Tetsuo, The Machine Girl). Cite-moi quelques-uns de tes films préférés dans ces catégories.
a) Nanars avec ninjas : c’est magnifique ! Les nanars de ninja sont toujours géniaux dans leur réalisation, puisse qu’ils impliquent des effets spéciaux en carton : genre le mec qui va devenir invisible avec un faux raccord immonde.
b) Nanars martiaux : pas du tout. C’est tout le temps la même chose en fait, le mec fait des bonds pendant une heure. Mais je suis fan de Norris qui se fait arracher des poils du torse.
c) Hentai: Ce qui est marrant avec le Hentai, c’est que tu tombes des fois avec un super scénario derrière. Pour de vrai hein. Quel gâchis !
d) Tu commences à m’inquiéter… Je ne connais pas du tout. :p

La catégorie d, c’est tout un monde à découvrir qui t’attend. Dans ton domaine de prédilection, tu aurais un nanar nippon à conseiller ? Une méga bouse du Soleil Levant qui t’aurait traumatisé ? Comptes-tu faire prochainement une review sur un bon gros navet japonais ?
Y’en a des tonnes, de nanars jap. Si je fais une review dessus ça sera basé sur une sélection, et non pas un seul film. Un florilège en quelque sorte.

J’ai hâte de voir ça ! Question subsidiaire pour la fin : tu comptes te lancer dans une thèse sur la thématique de la pluie dans l’œuvre de Kurosawa ?
Haha. Mais tu sais, je suis sûr qu’en cherchant, quelqu’un l’a fait. Ça m’étonnerait pas.

Merci de t’être prêté au jeu des questions. En te souhaitant bonne continuation sur ta chaîne. 😉
Un gros merci à toi pour ces questions passionnantes, c’était marrant comme tout.

monsieur3dZut, j’ai oublié de lui demander comment il s’y était pris pour aménager sa salle de projection…

Ce contenu a été publié dans Ciné club. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.