Oh, oh, oh, jolie poupée

Contrairement à ce qu’on serait en droit d’attendre du titre ou de ma part, cet article ne portera ni sur la carrière de Bernard Menez au Japon (inexistante me semble-t-il) ni sur les poupées gonflables et autres artefacts cyborg à vocation sexuelle. Il sera question de petites filles (mais pas des bonnes adresses pour pratiquer le tourisme sexuel en Thaïlande).
Selon la vision augustinienne du monde, où chaque chose est à la place voulue par Dieu, les garçons naissent dans les choux et jouent aux petites voitures, les filles naissent dans les roses et jouent à la poupée. La pensée de l’évêque d’Hippone a eu, il faut bien l’avouer, un retentissement limité – de l’ordre du zéro absolu – au Japon. Ce qui n’empêche pourtant pas les filles d’y jouer à la poupée.

Il allait donc de soi, dans une société qui célèbre absolument tout, qu’une fête leur soit dédiée.
Le 3 mars a donc lieu le Hina Matsuri (雛祭り), la fête des poupées, qui est donc aussi celle des filles. On peut faire un (relatif) parallèle avec la Sainte-Catherine, la coutume de coiffer la statue de la sainte pour trouver un mari n’étant au fond pas si éloignée des poupées traditionnelles nippones.

L’origine et la signification du Hina Matsuri, comme la majeure partie des festivités japonaises, est à la fois ancienne et liée aux esprits. La fête prend source à la période Heian (VIIIe-XIIe s). A l’époque, la croyance voulait (et veut toujours) que les poupées aient le pouvoir de repousser les mauvais esprits.

Dans la pratique actuelle, courant février, les filles installent des poupées sur une estrade à plusieurs niveaux. Evidemment, pas n’importe quelle poupée, ici pas question de déballer Barbie et Ken. Ces poupées, représentant les personnages de la cour impériale de la période Heian, sont transmises de génération en génération et peuvent donc être plus anciennes que l’âge total des membres de la famille (plus celui du capitaine). En fonction des moyens de la famille, le nombre de poupées alignées va de 2 (le couple impérial étant le minimum syndical) à une cour complète d’une quinzaine de personnages accompagnés d’une batterie d’accessoires. Les poupées étant très coûteuses, il n’est pas rare que les moins fortunés se contentent de les représenter sous forme d’origami.
Si la date de l’installation est fluctuante, l’attirail est en revanche invariablement remballé à la fin du matsuri sous peine de devoir traîner des boulets d’empêcher les filles de la maisonnée de se marier pendant l’année à venir.
A noter que la fête est célébrée par quasiment tous les Japonais, qu’il y ait ou non des filles à marier dans la maison, à la fois par respect de la tradition impériale et parce que toute occasion de repousser les mauvais esprits est bonne à prendre.

La cour impériale au complet.

La cour en petit comité.

Cour complète et accessoires.

Ça donne une idée de l'échelle de l'autel.

Le concept de hiérarchie pyramidale n'aura jamais été si bien illustré.

Le déploiement complet est particulièrement encombrant, ce qui n’est pas toujours évident à gérer dans un pays où l’espace est limité en terme de logement.
La dernière photo représente une exposition comme en organisent beaucoup de villes à cette occasion.
L’ordre vertical est toujours le même ; l’ordre de disposition horizontale sur chacun des niveaux peut varier d’une région ou d’une époque à l’autre. Comme à Cannes, la pourpre impériale est à l’honneur et on déroule le tapis rouge pour la montée des marches.

  • 1er degré : A tout seigneur, tout honneur, on trouve sur la plus haute marche du podium l’Empereur et l’Impératrice. On place généralement un paravent doré dans le fond et des arbres sur les côtés. L’arsenal complet inclut également deux lanternes et deux vases.
  • 2e degré : 3 dames de cour avec des flacons de saké, ainsi que deux tables portant des friandises.
  • 3e degré : 4 musiciens (3 tambours, 1 flûte) et 1 chanteur.
  • 4e degré : le Ministre de la Droite (jeune) et le Ministre de la Gauche (vieux), accompagnés de gâteaux de riz.
  • 5e degré : 2 arbres (mandarinier et cerisier) et 3 serviteurs.
  • 6e degré : des braseros et divers coffres (vêtements, ustensiles pour la cérémonie du thé et la couture).
  • 7e degré : un ensemble de boîtes laquées, un palanquin, un chariot.

Côté alimentaire, on consomme pour l’occasion du saké peu alcoolisé comme l’amazake (甘酒) ou le shirozake (白酒). Ce dernier est également utilisé comme offrande sur le podium des poupées. On mange des hina arare (雛あられ, biscuits à base de riz), des hishi mochi (菱餅, gâteaux de riz colorés), des chirashi zushi (ちらし寿司, une variété de suhi) et de l’ushiojiru (潮汁, soupe de clams).

Hina arare

Hishi mochi

Enfin, certaines filles se livrent au hina nagashi (雛流し) qui consiste laisser flotter des poupées au fil de l’eau sur les rivières ou en bord de mer. De nos jours, pour des raisons économiques, on le fait avec des poupées de papier. Et pour des raisons pratiques, les poupées ne flottent qu’un temps limité et sont récupérées puis brûlées dans un sanctuaire. Ceci afin de limiter la pollution des rivières et pour éviter que les pêcheurs ne passent leur temps à en remonter dans leur filets.
A Kyoto, ça se pratique au sanctuaire de Shimogamo.

Ce contenu a été publié dans Fêtes et festivals. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.