Casshern

Titre original : キャシャーン (Kyashān)
Réalisation : Kazuaki Kiriya
Scénario : Kazuaki Kiriya
Genre : science-fiction
Durée : 140 mn
Année : 2004
Pays d’origine : Japon
Casting : Yusuke Iseya, Kumiko Aso, Akira Terao, Kanako Higuchi, , Fumiyo Kohinata, Hiroyuki Miyasako, Jun Kaname, Hidetoshi Nishijima, Mitsuhiro Oikawa, Susumu Terajima, Hideji Otaki, Tatsuya Mihashi, Toshiaki Karasawa, Mayumi Sada

Synopsis :
Alors que la guerre mondiale fait rage, le clan des vainqueurs paie un très lourd tribut aux batailles chimiques et technologiques dont il a abusé. La population entière est menacée par des maladies, virus, mutations en tous genres. Jusqu’au jour où un célèbre chercheur affirme pouvoir cloner et dupliquer n’importe quel organe sans que celui-ci soit rejeté par le corps humain. La cellule développée secrètement va alors remporter un énorme succès mais réveler un inconvénient car, en plus de soigner les vivants, elle réveille les morts. Ces derniers vont bientôt déclarer la guerre aux humains.

Avis :
Casshern est le premier film de Kazuaki Kiriya (ex mari de la chanteuse jpop Utada Hikaru, qui interprète le générique du film). Il adapte ici une série animée japonaise de 1973-74, Shinzô ningen Kyashân ( 新造人間キャシャーン ).
Film très attendu en son temps… pour quel bilan ?…
Visuellement, d’entrée de jeu et jusqu’à la dernière minute, c’est une pure pépite. Le film tient ses promesses et offre un spectacle visuel sans précédent.
Une enveloppe superbe dont le contenu n’est malheureusement pas à la hauteur.
L’intrigue complexe peut perdre le spectateur, avec son lot de digressions, raccourcis ou rallonges, enchaînements confus… le trop-plein masquant paradoxalement un grand vide narratif. Sans compter des manies bien nippones et parfaitement insupportables : toute romance dégouline de sentimentalisme cul-cul au point de faire passer Titanic pour un modèle de retenue dans le genre.
A voir ou pas, selon qu’on s’attache à l’histoire (décevante) ou à l’esthétique (flamboyante).

(Republication de ma chronique de décembre 2011 sur Le Boulevard des Stars.)

Ce contenu a été publié dans Ciné club. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.