Au revoir m’hanami

Les sakura s’en sont allées. Toutes ? Non, car les variétés tardives de cerisiers résistent encore et toujours à l’envahisseur.

Floraison précoce… petit ralentissement dû au rafraîchissement… pic de floraison autour du 4 avril… une météo hésitant entre pluie, nuages, vent, soleil… Autant dire qu’on a passé trois semaines le nez en l’air à ne pas goûter l’ironie de la chose. Ben oui, faut nous comprendre, depuis qu’on a lancé notre projet de mariage, on en a chié pour trouver une date qui soit compatible avec notre emploi du temps, qui cadre avec la pleine floraison des sakura et qui tombe pile un jour faste du calendrier religieux.
Entre les rescapées du gros de la floraison et l’éclosion des variétés tardives, finalement, on a eu une chance de cocu. Drôle d’augure… Mais on aura eu nos sakura !

Ce contenu a été publié dans Kyoto. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.