Albator le maudit

Promis, après cet énième article sur Albator, je change de sujet.

J’avais quelque peu abusivement parlé du carton de Space Pirate Captain Harlock au box-office nippon, l’avenir m’a donné tort. Une belle seconde place d’entrée cachait des recettes très inférieures aux prévisions. Le film fait un bide sur sa terre d’origine.
L’exploitation internationale en est donc réduite à se baser sur la dithyrambe de James Cameron qui n’a rien fait de bon depuis 20 ans – hormis dire qu’Albator, c’est de la balle.
La sortie française, quant à elle, sent déjà le soufre. Les plus impatients n’auront pas à attendre le 25 décembre et pourront “profiter” d’une avant-première au Grand Rex de Paris le vendredi 20 décembre à 21 h. Pour avoir déjà participé à ce genre d’événementiel quand Salt est sorti, les guillemets se justifient amplement… M’enfin si vous voulez payer très cher une place pourrie et fréquenter les cinémas où on vous traite comme de la merde, c’est votre droit. Sauf erreur, à part le film, zéro : il ne me semble pas avoir lu mention que Matsumoto ou Aramaki seraient présents.
Au jour J de la vraie sortie, 250 copies circuleront dans les alles, chiffre plutôt conséquent et somme toute mérité vu la popularité du personnage dans l’Hexagone. Sauf que certains qui attendaient le film avec impatience depuis la première annonce en 2010 attendent désormais avec la même impatience la sortie d’un DVD/Blu-Ray qu’ils espèrent mieux loti. Pourquoi ? Eh bien, parce que le Space Pirate Captain Harlock que vous verrez ne sera pas le film original mais une version remontée. Pour faciliter l’exportation, les Japonais ont en effet pondu une version internationale modifiée. Déjà, une petite amputation d’un quart d’heure fera passer la durée d’1h55 à 1h40. Couic. Deuxième bémol, exit le japonais, la “VO” si mal nommée sera en anglais. Que Harlock parle japonais, normal. Qu’Albator parle français, ok, ça n’a rien de choquant quand on y est habitué depuis sa plus tendre enfance. Mais anglais ?!? Quelle la baise, comme on dit (what the fuck en VF). L’intérêt de le voir en VOSTFR se situera donc dans une fourchette comprise entre -0 et +0. Autant le mater directement doublé en français.
Proprement scandaleux.
Après, moi, je m’en tamponne. Je m’imagine déjà à mon prochain séjour en France, arborant fièrement un t-shirt estampillé “j’ai vu Albator en version intégrale et en japonais, prosternez-vous” (rire machiavélique).
Mais bon, je pense à quelques potes qui sont colère et déception, les pauvres chous. Entre le four au Japon et le charcutage à l’international, Space Pirate Captain Harlock prend décidément des allures de film maudit. Alors qu’ils rongeaient leur frein depuis des mois, ils grincent désormais des dents. Remarquez, dans un cas comme dans l’autre, les dentistes s’en frottent les mains.

Prosternez-vous !

Prosternez-vous !

Ce contenu a été publié dans Ciné club. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.