50 Nuances de Gras

Le conseil lecture du jour.

Le gras, c'est la vie. What else ?

Le gras, c’est la vie. What else ?

Je viens de terminer 50 Nuances de Gras, la dernière œuvre en date d’Alexandre Astier. C’est du lourd, du bon, de l’excellent ! Pour vous dire, je l’ai dévoré ! Littéralement. Je l’ai mangé, quoi.

L’Initiation de Karadoc – premier tome de ce qui constituera une trilogie – revient sur l’adolescence du seigneur de Vannes avec une puissance évocatrice qui renvoie 9 semaines 1/2 au rang de vulgaire Big Mac.
Ma scène préférée est sans conteste celle du premier banquet de Karadoc, sa madeleine de Proust à lui. Elle donne tout son sens (enfin, surtout celui du goût) à la célèbre maxime “le gras, c’est la vie” qu’il prononcera bien des années plus tard, une fois devenu chevalier de la Table Ronde.

Après cette copieuse entrée, j’veux du rab et j’attends la suite avec impatience ! Des taches plus sombres, sacré programme !

(Note au lecteur : Pas la peine de courir chez ton libraire, tout ça “c’est de la flûte”, comme dirait l’autre.)
(Message personnel à Alexandre Astier : Si jamais tu tombes là-dessus… désolé… trop tentant… pas pu me retenir.)
(Ce gag refait son apparition ici.)
Ce contenu a été publié dans Trucs et machins. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.