2014, année chargée

2013 n’est pas encore terminée que déjà 2014 promet un planning des plus copieux.

Oyez, oyez !

Oyez, oyez !

  • Concernant le blog, j’espère sous peu mettre en place un petit bonus cinéma (oui, encore du cinéma) par le biais d’interviews. Rien de fait pour le moment, mais j’ai déjà une paire d’invités de marque potentiels qui ont accepté de jeter un œil à mes questions. Le projet ne paraît pas trop mal parti… et vous en saurez plus le moment venu.
    Les prochains articles porteront sur… aucune idée. Ça dépendra de l’inspiration du moment. A part la tarte à la crème attendue du Nouvel An, j’ai sur le feu des articles aux thèmes aussi variés que Cobra, la J-Horror, les problématiques de Défense au Japon…
  • Côté professionnel, c’est à partir du 1er avril 2014 que les choses se corseront. Pour la rentrée scolaire, 3 choses :
    1) Je rempile comme prof (donc rien de nouveau).
    2) J’attaque ma 3e et dernière année de licence d’enseignement (sujet abordé ici), le CAPES local. Une fois cette étape bouclée, ma licence temporaire actuelle sera remplacée par une licence définitive qui me permettra d’enseigner jusqu’à la fin des temps (ou la retraite).
    3) Je me lance (enfin) dans ma thèse de doctorat, histoire d’allonger encore ma titulature déjà plus fournie que celle d’un empereur romain. Fac trouvée, directeur de thèse trouvé, projet accepté, tout baigne. Après un parcours universitaire en Histoire, un détour par l’informatique, un crochet par le japonais, virage vers mes amours de toujours, les Lego Lettres… couplé à un retour aux sources vu le sujet. Louis-Ferdinand Céline et sa vision de l’Histoire, vaste programme.
  • Niveau projet perso, annonce préliminaire et pas des moindres : on me trouvera en librairie à l’automne prochain !
    Je viens de signer enfin (!!!) le contrat avec l’éditeur au terme d’un parcours du combattant infernal. Projet en gestation depuis très longtemps, puisqu’à la base j’étais censé sortir un bouquin en avril 2013… et non. A l’arrivée, c’en est un autre qui sortira et “un peu” plus tard (a priori septembre 2014).
    Pourquoi n’ai-je pas parlé plus tôt d’un projet si ambitieux quand on connaît ma propension à me glorifier de trucs sans importance ? L’écriture est un sujet que j’aborde rarement à cause d’une conception très intimiste de la chose. J’écris depuis le lycée, soit une vingtaine d’années, et tout ce temps, jamais la publication ne m’a intéressé. Encore maintenant, d’ailleurs. Je sais, c’est paradoxal. Mais ça m’emmerde. Vraiment. Et depuis une paire d’années que je côtoie le monde de l’édition par la bande ou de l’intérieur, c’est pire. Enfin bref, je voulais expérimenter “pour voir”. Le résultat oscille entre la satisfaction (parce que c’est quand même pas rien), un mélange de regrets et de dégoût (qu’est-ce qui m’a pris de mettre les pieds dans cet immonde panier de crabes ?) et moult questions existentielles sur mon rapport à l’écriture (dont la principale : continuer là-dedans ou retourner écrire peinard dans mon coin comme avant ?).
    Donc pas évident d’en parler tant que c’était en cours ou à chaud, maintenant que c’est à peu près réglé, je vais pouvoir aborder la question à tête reposée. Je développerai bientôt, j’ai une paire d’articles en gestation dans un neurone. L’expérience valait son pesant de cacahuètes dans le pire comme dans le meilleur…
  • Côté famille, Yumi et moi commençons à envisager un embryon de début d’amorce de de potentielle éventualité d’achat de maison. Notre baraque rien qu’à nous. On y pense, on en parle et… c’est tout. Rien ne presse de toute façon.
    En revanche, nous n’envisageons pas, mais alors carrément pasdu tout, d’engendrer une descendance. Donc, les forcenés du “c’est pour quand le bébé ?”, faut vraiment arrêter de nous poser la question tous les mois, ça devient très lourd. Pour le moment, la réponse est “jamais”. Le jour où on change d’avis, on vous fera signe.
Ce contenu a été publié dans Geikokujin, Le blog, Prof, Yumi. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.